Maurice Chappaz et Corinna Bille

Maurice Chappaz, poète et romancier est né le 21 décembre 1916 à Lausanne. Fils d'un avocat de Martigny, il passa une partie de son enfance à l'Abbaye du Châble, lieu de résidence de son oncle Maurice Troillet, Conseiller d'Etat et figure emblématique du Valais moderne.

Ses études au Collège de l'Abbaye de Saint Maurice furent pour lui l'occasion d'un prodigieux éveil à la littérature, suscité par quelques maîtres éminents qui l'ouvrirent à la dimension mystique de la poésie. Les années de collège furent aussi pour le jeune Chappaz celles de la connivence et de l''amitié avec ses condisciples Georges Borgeaud et Jean Cuttat qui furent de vrais compagnons de route.

Suivant la tradition familiale, Maurice Chappaz commença des études de droit à l'Université de Lausanne, études qu'il abandonna toutefois peu de temps après. Cette décision fut en quelque sorte le point de départ de sa rupture sociale et familiale. Il s'ensuivit une période d'errance, parfois douloureuse, durant laquelle sa vocation d'écrivain s'affirma, au fur et à mesure qu'il se détachait du modèle familial. De cette époque date le récit "Un homme qui vivait couché sur un banc" paru en 1939. Quelques rencontres heureuses influencèrent ses choix d'écrivain : en 1941, il rencontra Ramuz et Gustave Roud dont il partage le goût pour l'exploration intérieure et la fascination du monde invisible. La lecture de Charles-Albert Cingria développa chez lui la tentation du voyage permanent.

Ces deux tendances se retrouvent de manière cyclique dans la vie et l'œuvre de Maurice Chappaz : la tendance au nomadisme, au vagabondage et à l'errance alterne avec des périodes plus casanières où l'intériorité prédomine. Chez lui, le mouvement suscite l'inspiration et appelle l'écriture. L'immobilité, le lieu clos lui sont nécessaires pour que la pensée se mobilise et permette l'écriture.

En 1997, son œuvre fut consacrée par l'obtention du Grand Prix Schiller Suisse ainsi que par la Bourse Goncourt de la poésie. Après bien des voyages, Maurice Chappaz s'en est retourné vivre à l''Abbaye du Châble.

Corinna Bille, romancière et nouvelliste, est née le 29 août 1912 d'un père artiste et d''une mère paysanne. D'origine neuchâteloise, Edmond Bille s'établit en Valais en 1905 et fit construire le Paradou, fastueuse demeure qui domine la ville de Sierre. Corinna y passa une enfance privilégiée, marquée par une double empreinte, à la fois artistique et terrienne. Parmi les nombreux visiteurs qui venaient au Paradou, on peut citer Pierre Jean Jouve et Romain Rolland.

Adolescente, Corinna écrit ses premiers poèmes. Elle est attirée par la littérature et la musique, comme en témoignent ses souvenirs d'étudiante à Zurich en 1930. A vingt ans, elle effectua son premier voyage à Paris. Elle fut enthousiasmée par l'effervescence artistique et culturelle qui animait le Paris des années trente, dominé par le mouvement surréaliste. C'est à Paris que Corinna écrivit son premier roman "Et puis s'en vont..."

Mais d'autres expériences, plus pénibles, attendaient Corinna. Son premier mariage avec le comédien français Vital Geymond fut un échec. De retour en Valais, elle contracta une pleurésie dont elle ne se remit que très lentement. Convalescente, elle passa trois années à Chandolin et sa maladie fut l'occasion pour elle de se consacrer entièrement à l''écriture. C'est à Chandolin qu'elle commença la rédaction de son roman "Théoda" qui fut un beau succès. Pour le reste, son frère René-Pierre et les amis étaient là : Georges Borgeaud, précepteur des enfants du peintre Olsommer à Veyras, Suzi Pilet la photographe et un certain Maurice Chappaz, poète et vagabond, dont elle fit la connaissance en 1942.

La forêt de Finges, intacte, sauvage, primitive, servit de décor à leur premier rendez-vous. "Moi, j'avais de la fantaisie, mais elle du fantastique. Tous deux de l'absolu." écrira Maurice Chappaz. Le couple s'établit à Geesch, près de Rarogne puis à Fully. Ils se marièrent au Châble, le 27 juin 1947 et de leur union naquirent trois enfants : Blaise, Achille et Marie-Noëlle.

En 1958, le clan Chappaz s'installa à Veyras, dans la petite villa aux tons ocre rose que Maurice avait fait construire et où ils vécurent vingt ans. Sur le coteau ensoleillé, ils plantèrent un verger et une vigne de pinot, comme pour s'enraciner eux-mêmes. "Ce fut notre première maison à l'année" dira Achille. Les livres étaient partout chez eux dans la maison des écrivains : sur les tables et les chaises, dans les lits et même dans les nombreuses bibliothèques ! Pour Maurice et Corinna, les années passées à Veyras furent celles d'une relative stabilité et de la fécondité littéraires retrouvées. En 1975, Corinna Bille reçut le Prix Goncourt de la nouvelle pour "La demoiselle sauvage". Emportée par la maladie le 24 octobre 1979, elle repose au petit cimetière de Veyras.

Ouvrages consultés:

Paccolat, Jean-Paul. Maurice Chappaz. Fribourg : Ed. Universitaires, 1982.
Maurice Chappaz. Grand Prix Schiller Suisse 1997. Sierre : Ed. Monographic, 1997.
Favre, Gilberte. Corinna Bille. Lausanne : Ed. 24 Heures, 1981.
 
Internet : http://www.culturactif.ch/ecrivains/chappaz.htm

Administration communale
Avenue St-François 6 – CP 8
3968 Veyras
+41 (0)27 564 63 00
Horaires du guichet d'accueil
Lundi au vendredi
8h00 - 12h00
Mercredi après-midi
13h30 - 18h00
powered by /boomerang
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok